Motivation : pourquoi agissons-nous ?

Mis à jour : févr. 24


"Et .... ACTION !"

Ah. Si c'était aussi simple. S'il suffisait d'un claquement de doigt pour être d'une efficacité redoutable. S'il suffisait qu'on demande à une personne de faire quelque chose et qu'elle le fasse du mieux possible.

La motivation, concept central en psychologie, répond à la question : "pourquoi agissons-nous ?"



Pourquoi suis-je en train de faire ce que je suis en train de faire ?


La motivation est un concept qui se situe sur un continuum. Lorsque nous faisons quelque chose, ou au contraire, que nous décidons de ne pas le faire, c'est qu'une raison à déterminer le déclenchement, l'intensité, la persistance et l'orientation de notre comportement. Si nous n'avons aucune raison d'agir, nous n'agirons pas. Les premiers niveaux de motivation concerne les raisons extérieurs qui nous poussent à agir : recevoir une récompense ou peur de se faire réprimander par exemple. S'il n'y avait pas de raisons extérieures, le comportement n'aurait pas été déclenché. Ensuite, les derniers niveaux de motivation concernant les raisons que nous avons choisi nous-même. C'est-à-dire que nous avons choisi nous-même d'agir, le comportement part de nous. Cela est le cas par exemple lorsque nous avons une passion que nous pratiquons pour le simple plaisir de l'activité.

Donc, la motivation est une affaire individuelle. Les personnes ne sont pas motivées pour les mêmes raisons. Il n'est donc pas judicieux d'augmenter la motivation des sujets via un seul aspect (ex : salaire).


La motivation : seul.e "responsable de mes actes" oui, mais pas que ...


Bien sûr, quand vous faites quelque chose, vous avez une part de responsabilité. C'est vous qui êtes à l'origine de l'action à l'origine des résultats ou des conséquences observables. Avoir une estime de soi (formation en ligne estime de soi disponible ici) et une croyance en ses capacités suffisamment élevées facilitent notamment l'engagement dans l'action, c'est certain. Cependant, l'impact de l'environnement sur nos comportements et donc nos motivations, est conséquent.


"Friendly Supervision"


Les encadrants donnent l'exemple : implication, bienveillance etc ... influencent de façon déterminante la motivation d'autrui.

La manière dont les tâches et projets sont présentés est tout aussi importante. Un manager qui favorise le conseil à la commande aura un collaborateur plus motivé et surtout plus impliqué.


Créer un environnement qui "motive" :


Le facteur humain est le facteur central (donc on évite de tout miser sur la salle repos avec les snacks à volonté) :

  • Valorisation : valoriser la performance des salariés ne passent pas exclusivement par l'aspect financier

  • Organisation : permettre aux équipes de s'intéresser à tous les aspects de leur poste de travail

  • Stratégie : faire participer de manière active le collaborateur au fonctionnement général de la structure

  • Culture : intégrer les collaborateurs dans les valeurs de l'entreprise

Evitez l'environnement qui "démotive" :

  • Facteurs d'ambiance : manque de confort, bruit ...

  • Facteurs de contrôle : trop de contrôle, d'ordres, de rigidité

  • Facteur relationnel : mauvaise relation avec l'encadrement et les collègues


Donc la prochaine fois que quelqu'un trouvera quelque chose à redire sur votre niveau de motivation, analysez votre environnement. Après ça vous verrez, vous aurez de quoi déculpabiliser ❤️.



Sources :

Angel, V. (13 Octobre 2016). La motivation : un concept central en psychologie

Carré, P., Fenouillet, F. (2009). Traité de psychologie de la motivation. ISBN : 978-2-10-053515-6

DIRRECTE Rhône-Alpes. (2014). Bien-être au travail et performance économique. Le sens et la reconnaissance au coeur de la performance. ISBN : 978-2-11-129976-4




Vous avez un projet autour de la motivation ? je serai ravie de vous aider : cliquez ici.