Communication : et si on s'affirmait ?

Mis à jour : févr. 24

Vous est-il déjà arrivé d'avoir plus de choses à dire une fois une discussion terminée qu'au moment même de cette discussion ? Le fameux : "J'aurais dû dire ça !" Parfois même, il nous arrive de rentrer avec le sentiment de s'être fait littéralement marché dessus par notre interlocuteur, happé par lui sans aucune issu. Puis finalement, en y repensant à posteriori, notre répartie nous revient comme par enchantement. C'est agaçant, n'est-ce pas ?

Alors non, nous ne sommes pas obligé de subir. Non, nous ne sommes pas non plus obligé d'hausser le ton et non, il est inutile d'en venir aux mains. Ce que je vous propose (qui me semble une solution plus adaptée que la bagarre ou la scène de ménage), c'est de pratiquer l'affirmation de soi.

"Il n’y a que par le respect de soi-même qu’on force le respect des autres." Fiodor Dostoïevski (1861)

Mieux communiquer


L'affirmation de soi regroupe un ensemble de comportements liés à notre façon de communiquer. Ces comportements affirmatifs nous permettent de mieux exprimer nos émotions, nos désirs, nos opinions. En fait, l'affirmation de soi nous aide tout simplement à reconnaitre et défendre nos droits.

Peu importe notre culture : nous communiquons. Pratiquer l'affirmation de soi, c'est améliorer la qualité des échanges interpersonnels tout en respectant les autres.


Reconnaitre les différents type de comportement


Je vais vous présenter 4 types de comportements communicatifs. Vous allez voir quel type vous avez tendance à plus utiliser (ou quel type utilise votre manager 😉)


Comportements non-affirmatifs

  • Comportement passif : ces personnes sont dans l'incapacité d'exprimer leurs émotions, désirs, opinions et ce même de façon directe ou inappropriée au détriment de leurs propres droits. Donc, elles sont plus à risque de subir et de se laisser imposer des choses qu'elles n'ont nullement envie de faire voire qui les desserve. Ces personnes peuvent difficilement regarder leur interlocuteur et leur voix est peu audible.

  • Comportement agressif : certes, ces personnes expriment leurs émotions, désirs, opinions de façon directe mais inappropriée donc au détriment des droits des autres. Ces personnes ont tendance à fixer leur interlocuteur. Leur posture est tendue, leur voix est forte. Elles coupent souvent la parole, voire n'hésite pas à parler à la place des autres.

  • Comportement manipulateur : tout comme les personnes ayant un comportement agressif, les personnes qui usent d'un comportement manipulateur vont exprimer leurs émotions, désirs, opinions mais seulement dans le but de satisfaire leur propre besoin et/ou de défendre leurs droits. Dans ce cas là, l'expression est souvent malhonnête et donc au détriment des autres.

Comportement affirmatif

Ici, les personnes expriment leurs émotions, leurs désirs et leurs opinions. Elles le font de façon direct et appropriée (par exemple, elles ne manquent pas de respect en coupant la parole ou en haussant le ton inutilement). En fait, elles défendent leurs droits en respectant ceux des autres.

Physiquement, le comportement affirmatif se traduit par une posture décontractée. La voix est suffisamment forte et claire.


Les avantages du comportement affirmatif


Sur le long terme, le comportement affirmatif améliore le respect de soi, la confiance en soi et le respect des autres face à soi. Ainsi, être affirmé permet d'obtenir de façon plus efficace ce qu'on désire ...

Et aussi, ça limite la rumination post-discussion !


Trois exemples de techniques (pour répondre au moment de la conversation)


Prenons la situation suivante : vous discutez avec votre collègue autour d'un projet que vous faites à deux. Il est difficile pour vous de travailler avec lui car il vous coupe constamment la parole, ne vous laisse pas exprimer vos idées. Voici les types d'affirmation que vous pouvez utiliser dans ce cas là :

  • Affirmation de base : "Je m'excuse, j'aimerais finir ce que j'ai à dire."

  • Affirmation emphatique : "Je comprends que ce soit important pour toi, mais j'aimerais finir ce que j'ai à dire".

  • Affirmation progressive : "C'est la troisième fois que je te dis que j'aimerais répondre. Peux-tu arrêter de me couper constamment la parole ?"



Sources :

Cariou-Rognant, A., Chaperon, A. & Duchesne, N. (2019). Chapitre 1. Définition et principes théoriques de l’affirmation de soi et du jeu de rôle. Dans : , A. Cariou-Rognant, A. Chaperon & N. Duchesne (Dir), L'affirmation de soi par le jeu de rôle: En thérapie comportementale et cognitive (pp. 14-27). Paris: Dunod.

Chaloult, L. (2014, décembre). L'affirmation de soi.

Soulan, X. (2019, 8 novembre). Pratique de l'affirmation de soi dans le cadre d'une communauté thérapeutique.




Vous avez un projet autour de l'affirmation de soi ? je serai ravie de vous aider : cliquez ici.