Ce que j'ai utilisé pour gérer mes échecs sportifs (et ce sur quoi je dois progresser)

Dernière mise à jour : 9 avr.


Quand on est sportif, peu importe notre niveau, l'échec est inévitable 🤷🏾‍♀️

Oui oui, vous avez bien lu : inévitable.


On a beau savoir qu'il y a une part d'inconnu dans ce qu'on entreprend, ces moments restent particulièrement douloureux.


Vous êtes entrepreneur ou étudiant ? Et bien cette réalité est la même pour nous tous ! Echouer, ça fait mal.


Dès qu'on poursuit un projet, nous nous investissons autant physiquement que psychologiquement. Alors je vous rassure, il est normal de ressentir ces émotions inconfortables 🤗


gif

Moi après une contre-performance


Mes expériences d'athlète sont largement enrichies de moments de désillusion, de honte aussi, de colère, parfois.


Puisque ces situations sont inévitables (et qu'elles servent nos succès futurs), il ne nous reste plus qu'à apprendre à vivre avec elles et à en tirer le meilleur. Est-ce que jusque là, nous sommes d'accord ?

Gérer les échecs sportifs et professionnels


Comment j'ai géré mes échecs sportifs jusqu'à présent


1. J'ai patienté


J'explique souvent que vivre un échec, c'est expérimenter des phases très différentes telles que le déni et la colère. Mais ces dernières, aussi douloureuses soient-elles, permettent d'arriver à l'acceptation de la situation.


💡 Mon conseil :

Acceptez les émotions douloureuses et surtout, acceptez qu'elles mettent du temps à s'estomper. Encore une fois, c'est normal de ressentir ces sentiments négatifs.



2. J'ai analysé la situation


J'essaye de rationaliser le plus possible, de trouver du concret et de passer à l'action dès que je m'en sens capable. Le piège serait de prendre pour argent comptant toutes les interprétations qui s'imposent à nous à ce moment-là.


💡 Mon conseil :

Dès que la charge émotionnelle est moins douloureuse, que les pensées se sont éclaircies, prenez le temps d'analyser ce qu'il s'est passé. Ce qui a pu faire que vous êtes arrivés à cette situation et qu'est-ce qui aurait pu la prévenir.


3. J'ai demandé de l'aide


Même si j'ai (bien trop souvent encore) tendance à m'isoler quand je suis face à un échec, il est absolument important de demander de l'aide. Ou, au moins, de savoir vers qui on peut se tourner.


💡 Mon conseil :

Si vous avez besoin de vous isoler, prenez ce temps pour vous. Mais mettez au moins une ou deux personnes dans la confidence, de sorte à ce qu'elle sache où vous en êtes dans votre processus.



Comment j'aimerais gérer mes futurs échecs


Je suis de nature exigeante envers moi-même et ces situations peuvent cruellement me faire manquer d'auto-compassion. Je peux m'en vouloir énormément ce qui me rend très critique.


J'ai lu un article sur le fait de se pardonner ou "le pardon de soi". Cela rejoint évidemment l'auto-compassion.


Les auteurs expliquent que le fait de se pardonner permet d'accepter sa part de responsabilité dans l'échec et de déterminer les domaines dans lesquels des améliorations peuvent être apportées.



Petite note dont vous pouvez vous inspirer 💬


"Pour les prochaines fois, je m'engage à me pardonner des erreurs que j'ai pu commettre. Je me demande pardon parce que la situation me touche et qu'en partie, je peux en être responsable. Mais, je sais que je fais de mon mieux et que tout ne dépend pas de moi. L'échec n'est pas une fin en soi. Au contraire, il est nécéssaire à ma réussite et je sais que des moments plus positifs m'attendent !"


 




117 vues0 commentaire