Le bien-être psychologique : quésaco



Ah, le bien-être.

Ce petit état qu'on expérimente, qu'on cherche parfois longtemps sans jamais savoir si on va le trouver ou qu'on a déjà trouvé sans le savoir ...


Je vous préviens, il y a un peu de philo là-dedans mais vous allez vite comprendre

😉





Deux principales conceptions du bien-être co-existent


Evidemment, qui dit philosophie, dit théorie et possiblement plusieurs théories ...


🔸 La conception héritée de la philosophie aristotélicienne


Il y a fort fort fort longtemps, Aristote frappa un grand coup avec son traité Ethique à Nicomaque. Dans son livre, il mène une réflexion autour des comportements qui rendent heureux. Pour lui, le bonheur est un but vers lequel tendent tous les individus.

Aristote explique que toutes les actions que nous menons ont pour objectif d'atteindre ce bonheur.


Alors vous allez me dire, "comment fait-on pour l'atteindre ce bien-être ?"


Là encore, plusieurs auteurs proposent des pistes. Par exemple, selon Carole Ryff, le bien-être psychologique peut être atteint grâce à ses six composantes : l'autonomie, la maîtrise de son environnement, la croissance personnelle, des relations positives avec les autres, la fixation de buts dans la vie et l'acceptation de soi.


🔸 La conception héritée de la philosophie épicurienne


Pour Epicure, l'objectif de l'existence humaine est la recherche du plaisir et l'évitement du déplaisir.

Diener explique que le bien-être est une évaluation que l'individu fait de son vécu. D'après l'auteur, nous nous basons sur la fréquence et l'intensité des émotions plaisantes et déplaisantes. Notre niveau de bien-être dépendrait également du niveau de satisfaction de notre existence.


Une conception holistique


En fait, ces différentes visions, ne sont pas si antagonistes. Le bien-être façon Aristote permet d'augmenter les émotions positives et donc de diminuer les négatives, ce qui permet de ressentir une satisfaction élevée de sa vie.


Pour Seligman, le bien-être est accessible grâce à une vie plaisante (rechercher du plaisir et éviter le déplaisir), une vie significative (mener des activités qui contribuent au bien de chacun), une vie engagée (s'engager dans une activité procurant de la satisfaction).



En guise de conclusion à cette minute philo et si vous vous sentez perdu, gardez à l'esprit que :

"Chaque individu obtient et oriente son bien-être selon un profil qui lui est propre" Seligman et Peterson (2005).


Sources :


Bien-être psychologique et bien-être subjectif : deux approches scientifiques du bien-être. Vu sur : http://be-and-become.com/bien-etre-psychologique-et-bien-etre-subjectif-deux-approches-scientifiques-du-bien-etre/

Cottraux, J. (2012). Psychologie positive et bien-être au travail. Elsevier Gezondheidszorg.

Ethique à Nicomaque. Vur sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Éthique_à_Nicomaque

Machado, T., Desrumaux, P. & Van Droogenbroeck, A. (2016). Indicateurs organisationnels et individuels du bien-être. Étude exploratoire auprès d’aides-soignants et d’infirmiers. Bulletin de psychologie, 1(1), 19-34. https://doi.org/10.3917/bupsy.541.0019

Psychomédia, Différentes conceptions du bonheur dans la recherche en psychologie positive

http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2013-05-10/psychologie-positive-definitions-du-bonheur

Psychomédia, Six composantes du bien-être psychologique http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2014-06-09/6-composantes-du-bien-etre-psychologique






Vous souhaiter créer un environnement propice au bien-être psychologique ? je serai ravie de vous aider : cliquez ici.



Posts récents

Voir tout

Devis et

contact

Suivre les

actualités

instagram-logo.jpg
linkedin-logo.png

©2021 Sport et Psycho - Maroussia Paré - Créé avec Wix.com

M'ECRIRE