La santé mentale des athlètes : la partie immergée de l'iceberg

Dernière mise à jour : 25 mars

Michael Phelps, Simone Biles, Naomi Osaka, Adil Rami, Martin Fourcade ou encore Lucas Pouille pour les frenchies, ont déjà pris la parole pour évoquer une réalité chez les sportifs encore beaucoup trop tabou : la santé mentale.



Le grand public prend progressivement connaissance de cette face cachée


Même si la parole se libère depuis quelques années et à plus forte dose ces dernières semaines à l'occasion des Jeux Olympiques de Tokyo, les athlètes sont au fait de cette réalité depuis toujours.


En effet, près de 35% des athlètes que vous avez pu voir s'exprimer sur cette magnifique compétition souffrent d'un trouble de la santé mentale.


Mais permettez-moi de soulever que :

  • repérer la présence d'un trouble psychique requiert un diagnostic (ce qui implique donc de rencontrer un professionnel de santé mentale)

  • et ce n'est pas parce qu'il y a absence de trouble, qu'il n'y a pas de souffrance


Les troubles psychiques les plus représentés dans le sport de haut niveau


Le nombre de publication scientifique autour de la santé mentale des sportifs est en constante augmentation.


Les articles citent souvent :


- Troubles de l'usage (drogues et dopage)

- Troubles du comportement alimentaire (comme l'anorexie, la boulimie)

- Dysmorphie musculaire

- Troubles de l'humeur (comme la dépression)

- Troubles anxieux



La réalité du sportif


La pratique du sport de haut niveau expose énormément l'athlète. Il peut faire face à un sentiment de vulnérabilité dès qu'il se retrouve dans une situation où il est évalué sur ses qualités athlétiques et compétences techniques (ex : compétition).


Cette pression est aussi alimentée par toutes les choses qui gravitent autour de l'athlète, comme l'attente de résultats des sponsors, des clubs et autres contrats.


Tous ces éléments impliquent directement les piliers les plus importants de notre personne que sont notamment l'estime de soi et la confiance en soi.


C'est donc ainsi que progressivement, des troubles plus invalidants peuvent s'installer.



Les ressources


Lutter contre l'usure psychique fait partie des habiletés que le sportif doit travailler.


Encore une fois, il est normal d'être épuisé psychiquement et la récupération passe aussi par la demande d'aide 🤝


Voici des pistes pour vous aider dans vos recherches. Vous pouvez contacter :

  • Psychologues du sport

  • Cliniques du Sport

  • Centres de Santé et Prévention du Sport


Le plus important est de trouver un espace où vous pouvez vous exprimer et où vous vous sentez en confiance.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout